13 juin 2019

L’hôpital se meurt

Par Jérôme Grateloup

Après la crise des EHPAD, nous assistons à une crise des urgences. A l’heure actuelle, ce sont plus de 70 services qui sont en grève en France.

Face à la nécessaire continuité du service public de ces agents, qui dénoncent l’incapacité de réaliser leurs missions d’aide à la population dans les conditions actuelles d’exercice, certains soignants comme ceux de l’hôpital Lariboisière ont décidé de se mettre en arrêt maladie.

La santé est bradée par le Gouvernement qui s’est fixé pour objectif une économie d’1,2Mds d’euros sur 4 ans soit la suppression de 30 000 postes en 5 ans.

Mais l’hôpital est à l’os. La systématisation du non remplacement des départs en retraite, le redéploiement permanent des personnels, les plans de suppression créent la même situation que dans la police, des suicides en cascade et des alertes qui ne sont pas entendues.

Nous ne continuerons pas à rendre un service public de qualité avec des personnels en souffrance qui appellent à l’aide.

Alors que la Ministre de la santé pointe l’augmentation des effectifs ces dernières années dans la fonction publique hospitalière, elle semble oublier que la France fait face aux enjeux de la perte d’autonomie, du vieillissement et au développement des maladies chroniques. Nous vivons plus vieux, mais vivons nous mieux ?

Le volet territoire du projet de loi santé en discussion au Parlement ne résout rien du problème de désertification médicale. Car au-delà des personnels, ce sont les Français qui subissent le choix de cette politique.

Les inégalités d’accès aux soins se multiplient et la prolifération des hôpitaux de proximité, qui n’assureront que le premier niveau dans la gradation des soins, risque de se révéler être le pendant de la suppression de nombreux services tels que les maternités.

La même logique avait été adoptée pour la création des groupements hospitaliers de territoire qui visent avant tout une logique de mutualisation des moyens et donc à terme… de fermetures de services.

 

Jérôme Grateloup

Pour suivre les débats et y participer, inscrivez-vous dans le groupe Facebook de l’engagé(e) : 
https://www.facebook.com/groups/171451933557529/

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.