14 janvier 2020

Du dialogue social en France

Pierre Mazzorbo


Il en va ainsi des gouvernements qui se succèdent en France… Depuis 1945, ils n’ont toujours pas appris à négocier. Cette culture de la négociation qui fait la force des démocraties sociales d’Europe du Nord est totalement inexistante dans la formation des politiques français et pire encore dans la technocratie énarchique et polytechnicienne que Macron nomme « Etat profond ».

La présente réforme des retraites n’échappe pas à la règle. Depuis le départ, la réforme ne bougera pas… Depuis le départ, l’âge pivot est un tabou qu’il ne faut pas toucher. Depuis le départ, le régime nouveau sera universel et il n’y aura aucun régime spécial…

Dans ce mauvais drame de théâtre de boulevard, l’auteur a sciemment tout mélangé pour que personne n’y comprenne plus rien : régime de retraite par points, pénibilité, âge pivot, fin des régimes spéciaux, tentation de mettre fin au cumul emploi retraites autorisé pour un certain nombre de métiers du public (gendarme, militaire, danseur de l’opéra…), besoin de financement pour la génération du baby-boom avant 1975. Ce que ne disent pas Edouard Philippe et Emmanuel Macron, c’est qu’il ne toucheront pas aux pensions des retraités du baby-boom… Il n’y a pas aujourd’hui de problème de financement pour la génération après 1975 qui arrivera en retraite quand l’essentiel de la génération des babyboomers sera passée ad patres en 2035…

Résultat, le pays se bloque, les grèves prennent… Plus d’un mois de grève! Même Alain Juppé avait ôté ses bottes avant!

Dans la méthode, on confond aussi « communication » et « négociation ». Pendant un mois, on a entendu les éléments de langage de la majorité répéter inlassablement que la « CGT bloquait le pays et est hostile à la négociation », sans que jamais, ni le Président de la République, ni le Premier ministre ne disent publiquement ce qui était négociable ou pas dans la réforme. Pour négocier, premier principe, il faut être deux. Pour négocier, deuxième principe, il faut qu’il y ait quelque chose à négocier. Et que ce quelque chose soit sur la table. Il ne suffit pas de le faire dans l’alcôve d’un ministère, en bilatérales avec chaque syndicat. Les Français ont le droit de savoir ce qui va advenir de leurs retraites, de leurs droits futurs.

Le gouvernement négocie comme sur l’épreuve des poteaux de Koh Lanta, celui qui reste le plus longtemps debout a gagné. Macron et Philippe ont épuisé le pays pendant plus de 40 jours, pour finalement laisser se reconstituer une quinzaine de régimes spéciaux (pilotes, hôtesses de l’air, aiguilleurs du ciel, militaires, gendarmes, douaniers, policiers, sénateurs, danseurs de l’opéra de Paris…) qui donnent raison aux grévistes. C’est seulement le 7 janvier 2020, que le Premier Ministre laisse entendre qu’il est prêt à discuter de l’âge pivot… Mais pourquoi tout cela?

Si c’était pour en arriver là, Edouard Philippe et Emmanuel Macron sont coupables d’avoir épuisé le pays pendant 40 jours, d’avoir fait les poches des syndicalistes en grève, d’avoir provoqué un manque à gagner terrible pour les commerçants, les entreprises, d’avoir mis les Français en tension, de les avoir opposés entre eux. Ces gens doivent être écartés du pouvoir! Ce sont des pompiers pyromanes.

Il n’est plus possible de gouverner ainsi. Il n’est plus possible de proclamer qu’une telle réforme est un bénéfice pour tous, alors même que le gouvernement crée la suspicion en décalant son entrée en vigueur pour la génération 1975. Pourquoi priver ainsi tous ceux qui sont déjà en retraite ou qui vont partir d’ici là en retraite d’un système si généreux? Curieusement ceux-là ne crient pas pour demander à bénéficier de ce nouveau régime. Comment croire à la sincérité du gouvernement quand le patron du parti présidentiel annonce crânement que la réforme va générer des économies dans le futur? Une réforme comptable n’est pas un projet de société.

Macron et Philippe sont coupables d’avoir fait durer le jeu aussi longtemps en prenant en otage la vie des gens, leur salaire, leurs fêtes de famille… Tout ça pour organiser une scénographie de sortie de crise où on finit par lâcher un truc sur l’âge pivot pour diviser les syndicats et terminer le mouvement.

Macron et Philippe devraient présenter des excuses aux Français pour avoir jouer les apprentis sorciers et avoir mis le pays dans cette nasse.

Comme s’ils n’avaient rien retenu du mouvement des Gilets jaunes depuis 15 mois, Macron et Philippe sèment de la haine, de la colère rentrée, de la frustration, de la division…

On sait quels monstres germent de ces graines!

https://www.facebook.com/groups/171451933557529/
Vous souhaitez recevoir La Lettre l’Engagé(e) directement dans votre boite mail ? Envoyez-nous un mail à l’adresse suivante : lengagee.lettre@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.