Au-delà du virus, un premier tour des élections municipales prévisible

Par Lantier


Après moult atermoiements, justifiés au vu du contexte sanitaire que connaît le monde, sur la tenue du premier tour des élections municipales, il a finalement eu lieu comme prévu le dimanche 15 mars. Il nous faut tout d’abord rendre hommage au personnel de l’administration, aux élus, aux militants et aux citoyens qui ont accepté de tenir ce scrutin. Certes, beaucoup d’entre eux se sont interrogés. Surtout quand le gouvernement trouve le moyen de confirmer le maintien des élections le jeudi, et d’annoncer la fermeture de multiples lieux de rassemblement le samedi soir, veille dudit scrutin. La nuit n’a pas été tranquille pour toutes ces personnes engagées, qui ont craint pour leur santé et celle de leurs concitoyens.

Pourtant, dimanche matin, dans tous les bureaux de vote en France, il a été relevé très peu d’incidents et les mesures sanitaires ont été très largement respectées. Les bureaux ont ouvert, loin de la panique annoncée, les gels et les lingettes étaient prêts et après quelques minutes d’hésitation avec les premiers votants, les mesures de précaution ont été prises.

Les citoyens se sont déplacés. L’abstention est importante et l’écart s’est creusé avec 2014 mais il nous faut noter malgré cela, que le taux de participation a atteint en fin de journée les 44,66%, loin d’une catastrophe annoncée qui aurait pu remettre en cause totalement la légitimité du premier tour du scrutin et rendre vain les efforts réalisés tout au long de la journée par ceux qui ont tenu ces bureaux et ceux qui s’y sont déplacés.

Au vu de la situation sanitaire, et du report du second tour des élections municipales au mois de juin, il semble assez logique que les résultats aient finalement été peu commentés, surtout lorsque le gouvernement finit par annoncer le confinement le lendemain du scrutin. Pourtant ces résultats sont intéressants et il est fort à parier que le Covid-19 n’ait en rien altéré leur véracité au regard du contexte politique.

D’abord, les élections sont terminées dans la majorité des villes françaises. Le maintien des élections acquises au premier tour a mis fin au suspense dans plus de 30 000 communes. Les conseils d’installation ont été reportés au mois de mai, dans la logique de l’annulation des rassemblements, mais ils ne devraient pas réserver de surprise sur les vainqueurs.

Seules restent en lice les 4 922 communes où l’une des listes n’a pas atteint les 50% au premier tour. Et les tendances se dessinent déjà nettement. L’abstention n’ayant pas atteint un camp plus qu’un autre, le second tour devrait confirmer le premier.

Les majorités sortantes ont été fortement plébiscitées dans l’ensemble du pays. Le parti au pouvoir, sans véritable ancrage local, s’est effondré. Il s’agit là du premier revers électoral pour LREM. Souvent alliés aux partis du centre, le parti au pouvoir dépasse rarement les 15%, quand ils ne sont purement et simplement pas directement éliminés au premier tour.

Même dans les grandes villes, là où le réflexe d’un vote national est le plus présent, les marcheurs boivent le bouillon. Les parlementaires qui se sont risqués à être candidats sont humiliés comme Monique Boulestin à Limoges (7,7%) ou encore Monica Michel à Arles qui arrive en 5e position avec moins de 5% des suffrages. Chez LREM, les seuls qui s’en sortent tant bien que mal sont les marcheurs de droite, convertis au Macronisme.

Ce cinglant revers est le signe d’une véritable défiance pour la politique menée nationalement par le gouvernement ces deux dernières années et demie et à l’encontre de ces parlementaires godillots qui votent toutes ces lois régressives socialement.

Nous avons donc un motif de satisfaction dans cette élection car, au-delà de l’effondrement de la Macronie, la Gauche est en tête dans les nombreux territoires où elle a su s’unir intelligemment et souvent en soutien au maire de Gauche sortant. Dans nos articles, depuis plusieurs mois, l’Engagé appelle à ce que l’union de toute la Gauche redevienne le paradigme de nos aventures électorales. Cette séquence démontre que nous devons plus que jamais œuvrer dans ce sens et que l’union de la Gauche, pour laquelle le Parti Socialiste à été un acteur majeur dans ces municipales, est attendue par les Français.

Cette union, nous devons travailler à ce qu’elle soit la plus large possible et qu’elle puisse se construire avec notamment nos camarades de La France Insoumise qui, après le scrutin des européennes et ce scrutin municipal, doivent questionner leur stratégie générale. Les dernières élections démontrent bien que personne ne peut gagner seul contre le cynisme du Macronisme.

Dans nombre de territoires, les discussions ont parfois été délicates. Mais lorsqu’elles ont abouti, les électeurs de Gauche les ont accompagnées. Et ce n’est qu’un début, cette construction doit se poursuivre en vue des prochaines échéances départementales et régionales : c’est parce que nous serons en dynamique en mars 2021 que nous créerons la voie de l’unité pour la future échéance présidentielle.

Deux années et demie ne seront pas de trop pour travailler à élaborer une base commune sociale et écologique qui rassemble toute la Gauche, car l’union ne se décrète pas, elle se bâtit à coups de débats et d’idées. Relevons ce défi car cette construction est plus que jamais nécessaire. Elle est la réponse aux défis politiques de demain et à la politique brutale du gouvernement. Ces élections municipales montrent que les Français ne s’y trompent pas, le « en même temps » fatigue à la longue, et le clivage gauche / droite est de nouveau à l’ordre du jour.

Les habitants de nos communes l’ont bien compris, une ville de gauche, avec une gestion souvent plurielle, défend ses services publics, construit des logements sociaux, accueille toutes les populations. Il n’y a pas de « ni, ni » dans la gestion municipale mais bien un engagement de chaque instant pour la solidarité et le vivre ensemble.

A l’échelle nationale, il en va de même. La politique de casse sociale menée par le gouvernement a réveillé le sens de l’engagement des Français. Mais sans union large aux prochaines échéances, nous courrons tout droit vers un deuxième mandat de destruction de nos acquis au profit des premiers de cordées.

En ces temps de difficulté collective, souvenons-nous-en. Le seul ruissellement qui vaille est celui que le peuple organisera pour lui-même.

https://www.facebook.com/groups/171451933557529/

Vous souhaitez recevoir La Lettre l’Engagé(e) directement dans votre boite mail ? Envoyez-nous un mail à l’adresse suivante : lengagee.lettre@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *