12 juin 2018

Un président du Patrimoine… des 1ers de cordée !

Par Julien Dray

Une récente étude de l’INSEE

(https://www.insee.fr/fr/statistiques/3549440?sommaire=3549502)

montre à quel point la réputation du président Macron n’est pas tant l’invention d’une opposition revancharde et malveillante qu’un fait avéré par les chiffres ; vertigineux !

La loi de finance qui s’annonce et qui de l’avis de tous, économistes, experts, éditorialistes de tous bords, va favoriser le club très fermé des favoris du président de la finance, risque fort de prolonger la montée en puissance de quelques uns aux dépens de tous les autres. Et au delà, elle risque également de creuser les inégalités dans tous les domaines.

Lorsqu’on pense « Riche », voire « très riche » on pense souvent « revenu ». Mais si l’on se penche de plus près sur la constitution de cette richesse, on comprend qu’elle n’est pas réduite à une forme unique. Il serait donc peut-être plus efficient d’appeler Patrimoine ce que l’on nomme richesse. Le revenu d’activité est certes une donnée à prendre en compte mais il ne permet pas toujours d’entrer dans le cercle des montagnards du portefeuille : les premiers de cordée.

C’est la diversité des revenus qui va accélérer, quelque fois de façon exponentielle, la captation de richesses : les revenus du patrimoine, les revenus issus d’activité libérales, les revenus exceptionnels (les plus values mobilières par exemple), les revenus du capital…voilà comment le petit 1% de la population monopolise par exemple 30% des revenus du patrimoine en France…qu’ils traduisent en fiscalité sur le capital pour gagner plus en payant moins via la flat tax.

Contrairement à une idée reçue les inégalités de niveau de vie sont restées stables en France depuis 2008. Le fameux modèle social, que le gouvernement Philippe voudrait amputer de tous côtés, a même permis de limiter l’évolution du taux de pauvreté alors qu’il a fortement augmenté ailleurs. Oui la France, jusqu’à aujourd’hui à un des taux de pauvreté les plus bas d’Europe. Certes les disparités sont importantes selon les catégories de français, il y a beaucoup d’agriculteurs pauvres et peu de cadres, beaucoup de familles monoparentales précaires et moins de couples, mais le taux moyen dans chaque catégorie reste inférieur à l’immense majorité de nos partenaires (Allemagne en tête).

Mais alors…si les inégalités ne sont pas sur le niveau de vie, où sont-elles ? parce qu’on le voit tous les jours, de plus en plus de ménages tirent le diable par la queue !

Simplement parce que niveau de vie stable, pour ce qui concerne le revenu d’activité, ne signifie pas que ce revenu soit suffisant. Ainsi, si l’on ne prend que ce revenu en référence, on ne voit pas où sont les inégalités et où elles se creusent !

C’est bien sur les revenus du patrimoine (immobilier ou financier) que ce fait la différence. C’est bien là qu’il y a un creusement significatif des inégalités. Là où 90 % vivent, plus ou moins bien, avec leur revenu d’activité, qu’il soit propriétaire ou pas ; les plus aisés de nos compatriotes multiplient, eux, les revenus et augmentent leur richesse patrimoniale.

On avait cependant noté que cette différence patrimoniale s’était un peu tassée depuis 2015. Il fallait donc lui redonner un nouvel ELAN ?

La suppression de l’ISF et la flat tax ajoutées aux assouplissements en tous genres concernant l’acquisition de logement HLM dans cette nouvelle loi à venir va sans aucun doute favoriser un creusement inégalé… des inégalités.

Des inégalités cette fois également creusées sur le niveau de vie si, comme il en a l’intention, le président macron décide de nouvelles économies sur le modèle social et les services publics.

Les riches et les très riches le sont de plus en plus parce qu’ils multiplient les revenus d’activités et les revenus du patrimoine ; les pauvres le sont de plus en plus parce que leur revenu d’activité stagne ou diminue et qu’ils n’en ont pas d’autre si on leur retire le modèle social.

Le seul patrimoine de ceux qui n’en n’ont pas, c’est le service public !

Julien Dray 

 

 

Pour suivre les débats et y participer, inscrivez-vous dans le groupe facebook de l’engagé.e. : https://www.facebook.com/groups/171451933557529/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.