31 juillet 2020

Bienvenus à l’Engagé.e

Par Julien Dray 


Pour un congrès de refondation et de dépassement à gauche !

Nous l’avons dit et redit : la situation de la gauche en France ne permet à aucune formation, à aucun candidat, aussi talentueux soit-il, de parvenir au second tour des prochaines élections présidentielles. Et pourtant la responsabilité de toute la gauche est immense !

L’affaiblissement du parti socialiste, observé depuis des années, a aiguisé des appétits hégémoniques alors même que c’est une des raisons du déclin de ce grand parti. Les divisions s’en sont suivies et la gauche s’est morcelée, enterrant tous les projets de rassemblement.

A la lumière des dernières échéances électorales, on a cru d’abord à une résurgence de la gauche radicale (élections présidentielles), puis à une forte progression du mouvement écologique porté par EELV (Elections européennes et élections municipales). Les premiers ont rapidement connu leur plafond de verre et les seconds ont largement été surestimés au moins pour ce qui concerne les municipales.

On observe par ailleurs des tentatives de rapprochement de certains partis ou mouvements. Jamais ces rapprochements n’envisagent un rassemblement de toute la gauche, sans exclusive. C’est visiblement dans cette stratégie que s’inscrit le premier secrétaire du parti socialiste. Admettant même que l’affaiblissement du PS ne lui permettrait sans doute pas de présenter un candidat aux prochaines élections présidentielles, il se dit prêt, au nom de son parti, à se ranger derrière un autre candidat. On a compris qu’il s’agirait certainement d’un représentant des verts. Pour justifier cette stratégie on nous dit « rien ne nous est du »; c’est vrai. Mais rien ne nous est interdit non plus! On ne perd que les batailles que l’on a pas engagées. Pourquoi donc partir battus?

Nous avons toujours ici défendu l’idée d’un rassemblement large, sans exclusive, qui serait le résultat d’un grand débat, après que chacun se soit remis en question sur ses stratégies passées, tant idéologiques qu’électorales. Nous en sommes encore très loin. Il se put qu’ici ou là, pour une élection locale, la raison l’emportât sur l’envie de tuer son prochain. Chaque fois que ce fut le cas aux dernières élections, ce fut couronné de succès.

Les directions nationales des partis et mouvements de gauche en ont-ils tiré quelques leçons ? il semble bien que non !

Nous sommes donc aujourd’hui dans des perspectives de rapprochements parcellaires qui pour chacun d’entre eux espèrent parvenir au second tour afin d’être soutenus pas les autres.

Nous l’affirmons ici depuis longtemps. Faire croire cela aux français, ce serait les trahir un peu, voire beaucoup. La seule alternative possible pour la gauche c’est d’avoir enfin un vrai débat de reconstruction amenant à un projet commun..

Il serait donc urgent de préparer un grand congrès de refondation et de dépassement. Toute la famille socialiste au sens le plus large y serait conviée : celle orpheline, celle dispersée, celle qui regroupent les anciens adhérents partis ailleurs ou nulle part. Il nous faut ouvrir les portes et les fenêtres, tendre la main à toutes celles et tous ceux qui souhaitent un rassemblement de toute la gauche, un projet de toute la gauche et des écologistes.

L’initiative de Laurent Joffrin semble aller dans ce sens. Or, si elle bénéficie d’une bonne couverture médiatique et de la notoriété de son auteur, elle apparaît encore trop restreinte dans sa cible. Les classes populaires délaissées par la gauche risquent de ne pas s’y retrouver et que dire de la France provinciale. L’objectif d’une refondation ne peut se réduire aux centres villes, c’est la reconstruction d’un front social avec au cœur les classes populaires ; des gilets jaunes aux quartiers délaissés.

Pourtant, si le choix des socialistes que nous sommes est, soit de se ranger derrière un candidat vert, soit d’ouvrir un large débat pour tenter de construire un projet réunissant le plus grand nombre, sans préjuger de l’incarnation et avec la possibilité de défendre chacun ses valeurs, il nous semble que la deuxième est préférable.

Nous avons toujours combattu les à priori, nous avons toujours combattu l’idée qu’il pourrait y avoir deux gauches, nous avons toujours défendu les valeurs propres à la gauche, le social, l’égalité, la démocratie et une écologie ambitieuse mais non punitive. Nous ne préjugerons donc pas des objectifs de Laurent Joffrin.

Notre lettre, diffusée très largement (près de 10000 abonnés), touche toutes les catégories de notre société. Nous portons depuis longtemps des idées que nous pouvons mettre en contributions d’un grand débat. Nous pouvons donc être des partenaires assurant une certaine complémentarité.

Si nous sommes respectés pour ce que nous sommes, nous en serons ! à l’engagé.e nous le sommes d’ailleurs depuis longtemps !

https://www.facebook.com/groups/171451933557529/
Vous souhaitez recevoir La Lettre l’Engagé(e) directement dans votre boite mail ? Envoyez-nous un mail à l’adresse suivante : lengagee.lettre@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.