23 mai 2020

Europe : virage ou faux semblant ?

Par Gaël Brustier

Le plan de 500 milliards d’euros proposé par la France et l’Allemagne est, de prime abord, une heureuse nouvelle.

La République de Berlin infléchit sa politique de cavalier seul incarnée par la Chancelière Merkel depuis son accession au pouvoir. Cette dernière a consenti une véritable avancée, demandée par la Présidence Macron en proposant un plan de relance financé par le budget européen.

De prime abord, cela ne peut que séduire les croyants dans le « couple franco-allemand moteur de l’Europe ». Cependant, il ne s’agit là que d’un commencement bardé d’ambiguités et, sur le berceau de ce plan de relance proposé par la France et l’Allemagne, se penchent déjà de bien mauvaises fées portant mauvais présage. Or S’il revient bien à la Commission d’emprunter sur les marchés « au nom de l’Union européenne », ce qui est effectivement une nouveauté quasi-historique, bien des incertitudes planent sur ce plan.

Du plan, on peut déjà se demander si le montant est suffisant. Saupoudré sur les vingt-sept états de l’Union, il pourrait être privé d’efficacité, d’autant que comme l’a dit la Chancelière « il faudra rembourser ». Thierry Breton, pourtant historique partisan d’une application stricte des « critères de Maastricht, annonce quasiment la caducité de ceux-ci.

Plusieurs petits Etats (Autriche, Danemark, Suède, Pays Bas) se font contestataires du plan. Leur logique est simple, limpide et assez habituelle : Il ne peut s’agir que de « prêts » et les Etats devront rembourser, en contradiction avec les déclarations d’Emmanuel Macron.

Des lignes de fracture anciennes sont avivées : « Nord contre Sud », petits contre grands Etats, tenants d’une austérité persistante contre promoteurs d’un effort budgétaire commun.

Le Chancelier Kurz va proposer un autre plan.

Si les tensions s’avivent au sein de l’UE et de la zone euro, que fera une Allemagne entrée en crise politique ?

https://www.facebook.com/groups/171451933557529/
Vous souhaitez recevoir La Lettre l’Engagé(e) directement dans votre boite mail ? Envoyez-nous un mail à l’adresse suivante : lengagee.lettre@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.