17 septembre 2019

La mise au banc des Nations de Bolsonaro est une exigence démocratique internationale

Par Cécile Soubelet

Il y a les actes comme le désastre en Amazonie, la persécution des Brésiliens LGBT, les attaques contre les défenseurs des Droits de l’Homme ou les violences policières contre la communauté afro-Brésiliens ou les habitants des favelas.
Il y a les mots. Il y a les insultes, le machisme, l’apologie des régimes dictatoriaux.

Abonné aux dérapages verbaux, Jair Bolsonaro ne cesse d’élever la barre des déclarations graves et lourdes de sens auprès de la scène internationale depuis son élection. En quelques mois, il s’en est pris à des dirigeants de l’ONU, français, allemands, norvégiens, argentins, chiliens.

Récemment, c’est l’ex-présidente chilienne Michelle Bachelet qui a été interpellée. Bolsonaro s’est félicité que le régime du général Augusto Pinochet ait liquidé des « communistes, (comme) son père », mort en prison sous la torture en 1974.

La Haut-Commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU venait d’évoquer « un rétrécissement de l’espace civique et démocratique, caractérisé par des attaques contre les défenseurs des droits de l’Homme, des restrictions imposées au travail de la société civile » au Brésil. Immédiatement, le peuple chilien a exprimé une très vive émotion et son aversion envers le dirigeant Brésilien.

Sans filtre, sans limite, Bolsonaro entend mener une politique d’extrême droite.

Ex-capitaine de l’armée, il a plusieurs fois exprimé son admiration pour la dictature militaire (1964-1985) et a multiplié les dérapages au sujet des opposants disparus durant cette période.

Quand ce n’est pas lui, ses fils prennent le relai. Ainsi, la semaine dernière, l’un d’eux a déclaré : « Par la voie démocratique, la transformation voulue par le Brésil n’aura pas lieu à la vitesse que nous désirons ». Les réactions de l’opposition ont été vives, et même chez les alliés de Bolsonaro.

Le Président ne cesse de jouer également sur le nationalisme exacerbé pour plaire à son électorat, mais pas seulement. La communauté internationale commence à craindre des tentations totalitaires, rappelant les heures les plus sombres du Brésil.

Aussi, il est temps que la communauté internationale réagisse par des actes forts, pour ne plus laisser Bolsonaro se croire invincible, intouchable. Pour combattre toutes les idées contraires aux valeurs qui sont celles des régimes démocratiques. Et aider l’opposition brésilienne dans son combat contre l’extrémisme.

Le 24 septembre prochain, le Président brésilien doit prononcer son premier discours à l’Assemblée générale de l’ONU lors duquel il devrait parler de l’Amazonie, avec « patriotisme ». L’occasion pour les pays présents d’un geste fort, de quitter la salle pendant ce discours pour le mettre au banc des Nations, et enfin démontrer la puissance de l’union internationale face aux offenses et à la négation des Droits de l’Homme.

Cécile Soubelet

 

 

https://www.facebook.com/groups/171451933557529/
Vous souhaitez recevoir La Lettre l’Engagé(e) directement dans votre boite mail ? Envoyez-nous un mail à l’adresse suivante : lengagee.lettre@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.