Etats-Unis : La Covid-19 peut-elle mener à des avancées sociales ?

Par Cécile Soubelet

Dernièrement, les médias français ont focalisé leur attention sur la gestion sanitaire de la pandémie par Trump, et l’ampleur du mouvement Black Life Matter. Pourtant, en arrière-cour, les choses bougent, suscitées et accélérées par la crise sanitaire actuelle et ses conséquences sociales.

Chez les démocrates, une union inédite se met en place en faveur de mesures sociales. Ils étaient rivaux, jusqu’au début du mois d’avril dernier quand Bernie Sanders abandonnait la course pour les primaires, laissant le champ libre à Joe Biden. Désormais, ils ont mis à profit le confinement pour établir ensemble (et des groupes de travail alliant politiques, associatifs, experts et société civile) un programme commun, marquant un virage à Gauche pour les Démocrates. Six dossiers principaux – santé, économie, changement climatique, réforme de la justice, éducation et immigration – pour un rapport final qui devrait marquer le programme officiel démocrate pour les élections présidentielles.

Les avancées sociales et environnementales sont celles qui ont permis un terrain d’entente, comme le souligne le New York Times. Parmi les mesures, on peut souligner l’augmentation du salaire minimum fédéral à 15 dollars (13,3 euros) ou l’instauration d’un congé payé de 12 semaines en cas de naissance ou de maladie, ou bien encore l’abaissement à 60 ans (contre 65 aujourd’hui) de l’âge donnant accès à l’assurance santé publique. Par ailleurs, alors que le chômage a explosé ces dernières semaines, laissant les populations les plus fragiles au bord de la pauvreté, et exacerbant les inégalités entre ceux qui peuvent se soigner et ceux qui ne le peuvent pas, les Démocrates font un premier pas en reconnaissant le droit à tout Américain d’avoir accès à « une assurance publique abordable, de haute qualité et sans franchise ».

On ne peut que saluer et encourager le tournant progressiste que prend la campagne démocrate avec des premières proposition au profit d’une plus grande justice sociale. Des expérimentations de revenu universel dans des grandes villes, avec l’aide du patron de Twitter.

On le demande depuis plusieurs années, portés par la voix de Julien Dray, les Américains osent s’y lancer : le milliardaire patron de Twitter a annoncé qu’il travaillait avec 16 maires américains pour instaurer un revenu de base universel dans leurs villes.
Cette expérience pourrait ainsi bénéficier à 7 millions d’Américains dans des villes comme Seattle, Los Angeles, Atlanta, Newark ou encore Jackson, alors que la crise du Covid-19 a multiplié par plus de 10 le nombre d’Américains qui vivent du chômage. Ils sont en effet à ce jour près de 18 millions à toucher une allocation, et des milliers d’autres ont perdu leur emploi, sans ressources.

Concrètement, Jack Dorsey va donner plusieurs millions de dollars pour financer ce programme expérimental impulsé par l’ancien candidat à la primaire démocrate Andrew Yang, dont l’ambition depuis 2016 est de fournir à chaque Américain de 18 ans et plus un revenu de 1.000 dollars par mois sans condition. A l’époque Elon Musk s’était également porté volontaire pour contribuer à la mise en place de cette mesure.

Si les Etats-Unis le tentent, pourquoi pas nous ?

Pour un revenu universel de 50 000 euros pour tous les Français, à leur majorité, financés par les acteurs du numérique.

https://www.facebook.com/groups/171451933557529/
Vous souhaitez recevoir La Lettre l’Engagé(e) directement dans votre boite mail ? Envoyez-nous un mail à l’adresse suivante : lengagee.lettre@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *