26 novembre 2019

A l’international, les mobilisations populaires continuent

Par Cécile Soubelet

Du Moyen-Orient à l’Amérique latine et toujours Kong Kong, les fronts de mobilisation se poursuivent, s’élargissent et commencent à se soutenir. On en peut qu’encourager et soutenir cette dynamique. Et contribuer à la diffusion d’information!

Iran – Le 15 novembre dernier a éclaté une forte vague de contestation partout dans le pays suite à une réforme législative entrainant une augmentation du prix du carburant de près de 50%. Petit à petit, selon les villes, les mobilisations ont évolué jusqu’à la contestation du régime, et entrainant des actions aux stations-services, aux raffineries, sur les axes routiers, dans les banques…

Le régime a répliqué de manière extrêmement violente durant une semaine : absence d’Internet pendant 5 jours, déploiement des forces de police aidées de miliciens bassiji et de membres de gardiens de la révolution, et affrontements violents en continu, à balles réelles. Amnesty International dénombrait ainsi 115 morts samedi laissant sous-entendre que ce chiffre était bien en-deçà de la réalité. A cela s’ajoute plus d’un millier d’arrestations. Dimanche, le régime affirmait sa volonté de réprimer les opposants arrêtés : « Notre réponse sera certainement proportionnelle à leur brutalité », a déclaré le contre-amiral Ali Fadavi, commandant en chef adjoint des Gardiens de la Révolution. En parallèle, l’Iran dénonce une tentative de déstabilisation menée par les Etats-Unis, par une manipulation du peuple.

Dénonçons tous la répression extrêmement violente de la contestation populaire par l’Etat iranien ! Alors que le bras de fer mené avec les Etats-Unis ne cesse d’appauvrir le peuple iranien, celui-ci dénonce légitimement la vie chère et la volonté de trouver des solutions pour vivre mieux ! Les Européens doivent ainsi agir pour renouer un dialogue pragmatique avec l’Iran.


Irak – Depuis début octobre, l’Irak connaît la contestation populaire la plus importante de son histoire récente.D’abord lancé essentiellement par la population arabe chiite, ce soulèvement a rapidement conquis l’ensemble du peuple irakien grâce à des rassemblements à haut degré de civilité : les écoles, les universités et les fonctionnaires se sont ainsi joints aux manifestants.

La colère des manifestants est dirigée contre les élites irakiennes, accusées de s’enrichir aux dépens du reste de la population et de servir les intérêts de puissances étrangères, l’Iran particulièrement, tandis que le pays est frappé par une pauvreté endémique et un chômage de masse (un jeune sur quatre).

Le pouvoir, surpris et déstabilisé, ne cesse de répondre par la force avec des milices, les manifestants bloquant les ponts, les ports, et les axes principaux notamment avec l’Iran et les raffineries. A Bagdad par exemple, la place Tahrir est occupée jour et nuit par les manifestants, et les ponts et rues commerçantes adjacentes sont devenus des champs de bataille.

En deux mois, environ 350 personnes ont perdu la vie et près de 12 000 ont été blessées. Pour autant, le soulèvement ne faiblit pas. Mieux, il a salué la contestation populaire en Iran, renforçant sa détermination.

Face à ce constat, le silence de l’Etat français est assourdissant. Il est de notre devoir de rappeler au respect des droits de l’homme à l’Irak et dénoncer les victimes des manifestations. Il est d’ailleurs incompréhensible que Jean-Yves Le Drian, pourtant sur place début octobre, n’ait pas tenu des mots en ce sens lors de sa visite officielle.

Colombie – Jeudi dernier a eu lieu la plus grande mobilisation sociale de ces dernières années en Colombie contre le gouvernement. L’appel à la mobilisation lancé par toutes les associations (féministes, indigènes, sociales) et les partis de gauche a rapidement été soutenu par les artistes, les intellectuels, et même la toute nouvelle Miss Colombie. Ivan Duque avait alors tenté d’instaurer un climat de peur dissuasive : fermeture des frontières, découverte « miraculeuse » de 800 kg d’explosifs censés être destinés à cette mobilisation, déploiement militaire…

Et pourtant, absolument partout dans le pays, des marches pacifiques et des concerts de casseroles ont été organisés le 21 novembre. Un tournant incroyable pour cette démocratie qui n’a eu de cesse de connaître la guerre civile et qui connaît la paix que depuis quelques années seulement.

Au-delà d’un niveau d’impopularité inégalé d’Ivan Duque (69%), les revendications portent avant tout sur la réforme des retraites basée sur un recul de l’âge légal et un passage progressif à 100% à un système de financement privé, mais aussi sur une volonté du Gouvernement de flexibiliser le marché du travail en abaissant notamment le revenu minimum des jeunes. A cela se sont ajoutés d’autres protestations : plus de moyens pour l’enseignement public, une vraie protection des indigènes et des défenseurs des droits, ainsi que le respect absolu par le Gouvernement de l’accord de paix signé en 2016 avec les Farc.

On salue la détermination du peuple colombien qui ouvre une nouvelle ère de son histoire sociale et qui se mobilise pour ses droits, laissant la violence à une minorité marginale. Après 3 jours de mobilisations, Ivan Duque a du annoncer samedi soir le lancement d’une consultation nationale avec les forces sociales du pays.

Hong Kong – La mobilisation se poursuit. Malgré la défiance de la Chine et en dépit du Gouvernement pro-Pékin qui ne fait aucun pas vers un apaisement social après 6 mois de contestation.

Le siège de l’Université polytechnique (PolyU), où sont retranchés des protestataires radicaux, se poursuit alors qu’il a été le week-end dernier le théâtre de la plus violente confrontation avec les forces de l’ordre depuis le début du mouvement.

Dimanche, la contestationa pris un nouveau tournant : celui des urnes. Les élections locales ont conforté les manifestants pro-démocratie. L’appui populaire, fort d’une participation historique -71% de votants- est bien là pour faire pression sur le gouvernement

On en peut qu’encourager un front multiple de la contestation populaire, et notamment par les urnes, pour faire plier le Gouvernement et obtenir des réformes démocratiques d’envergure.

https://www.facebook.com/groups/171451933557529/
Vous souhaitez recevoir La Lettre l’Engagé(e) directement dans votre boite mail ? Envoyez-nous un mail à l’adresse suivante : lengagee.lettre@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.