31 juillet 2018

Devoirs de Vacances

Par Julien Dray

C’est l’été. Chacune et chacun a droit à ce moment de rupture, de pause. C’est l’occasion de mettre un peu de distance avec un quotidien qui ne laisse pas toujours de temps à l’introspection, à la réflexion. C’est l’occasion d’élever son regard, de voir plus loin, de se confronter à la nature, de prendre l’air.

C’est aussi l’occasion de lire ou de relire, d’apprendre autrement ou de réviser, c’est l’occasion d’un retour aux sources, aux fondamentaux. C’est enfin l’occasion pour ceux qui, dans quelque domaine que ce soit, ont pris quelque retard, ont oublié quelques séquences de leur histoire, se sont un peu perdus dans des courses inutiles, de reprendre, à tête reposée les cartes du passé et de se mettre à jour, voire de remettre en question les chemins empruntés.

Ce sont les devoirs de vacances ! Pour ce qui est de la gauche et plus encore pour le parti socialiste, il serait sans doute salutaire d’y consacrer un peu de temps. Les universités de rentrée devraient même annoncer le programme issu de cette réflexion, issu de nos studieux devoirs.

S’il faut retrouver lisibilité et audibilité, tout ce qui aujourd’hui nous place dans la liste des abonnés absents, alors il faut aussi trouver la plume, le papier, les idées et le micro, voire le porte voix ! et prioriser nos actions. Le PS doit être en capacité de s’opposer, de proposer et de rassembler. Pour cela il doit réapprendre à travailler ensemble, redonner le sentiment à chaque militant, en l’associant de bout en bout, de faire partie d’une même famille ; pour cela il faut tourner la page de nos divisions internes et retrouver la cohérence d’un collectif !

Nos devoirs de vacances doivent tendre vers cet objectif.

L’opposition claire au démantèlement de notre modèle social, à la déconstruction de notre système constitutionnel devra trouver des relais dans la population et chez tous ceux qui soutiennent les valeurs séculaires de la république : Intellectuels, sociologues, historiens…

Forts de notre positionnement sur la politique intérieure, nous pourrons alors aborder une échéance qui pour beaucoup est de l’ordre du quitte ou double : L’élection Européenne !

Nous proposons, ici, depuis maintenant des semaines, que soit organisée une conférence internationale citoyenne sur un sujet touchant à nos valeurs fondatrices : la crise migratoire.

Il ne s’agit pas d’un gadget ! Il s’agit au contraire d’une démarche politique pouvant servir de base à une reconstruction de la gauche Européenne avec l’appui de millions de citoyens. Nos devoirs de vacances, sur ce sujet, ne consistent donc pas à appréhender l’idée mais à lui donner du fond pour que nous puissions, dès la rentrée, la proposer à nos partenaires de l’union et, au delà, à chacune et à chacun des citoyens de ce continent.

Nous le savons tous ; si nous ne reprenons pas, à gauche, la main sur l’Europe, les autres combats seront encore plus difficiles à mener. Or, l’union est aujourd’hui dominée par les apôtres d’une mondialisation financière qui, par la mise en œuvre de plans d’austérité, par la dérèglementation et par le sacrifice d’une grande part de la protection sociale, provoquent une vague de replis sur soi, une résurgence des droites les plus réactionnaires.

Sous couvert de défendre l’Europe, d’affirmer son attachement à l’union, certains en oublient la désaffection grandissante des populations qui partout voient exploser la précarité et la pauvreté : Les inégalités n’ont jamais aussi importantes y compris dans les pays ou le taux de chômage est faible.

La crise migratoire est une des conséquences de cette fuite en avant libérale où l’individualisme prévaut sur l’intérêt général. En effet comment préserver le sens de l’accueil, la solidarité entre les peuples lorsqu’à l’intérieur de chaque pays, à l’intérieur de l’union, les solidarités disparaissent petit à petit ?

Notre introspection estivale consiste donc à retrouver nos fondamentaux. pour agir et agir vite!

De cette méthode empirique, nous serons alors en capacité de proposer mais surtout, de convaincre ! Il s’agit bien, dans cette période, pour avoir le droit à l’ennui et au farniente, de ne pas oublier nos devoirs de vacances !

Julien Dray 

 

 

Pour suivre les débats et y participer, incrivez-vous dans le groupe facebook de l’engagé.e. : https://www.facebook.com/groups/171451933557529/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.