Changer l’UE pour mettre l’Europe au service des Européens!


Dans la vie politique, il faut être offensif. Si on se défend, on a déjà perdu.”
François Mitterrand : Libération ; 24 mars 1988.

L’Europe a besoin d’un cours nouveau pour éviter son éclatement programmé.

L’ultime appel à l’Histoire ne suffit plus à mobiliser les peuples. L’union sacrée devient fragile, voire, parfois contre-productive.L’élargissement de l’Europe après la Chute du Mur de Berlin a fragilisé l’édifice, le rendant jusqu’à être ingouvernable au plus grand profit des forces du marché libre.

La forteresse s’est ouverte à tous les vents du productivisme et au libre échange débridé, la régulation devenant une exception. L’élargissement, sans approfondissement et intégration démocratique, en pleine vague conservatrice et néo-libérale, est certainement à la racine des problèmes de fond que connaît l’Union aujourd’hui.

Longtemps, les socialistes ont crû à l’Europe, comme une profession de foi, et ont accepté des concessions à leur idéal, pour préserver la construction européenne.

Aujourd’hui, c’est ce processus là qui est en cause et avec lequel, il faut rompre. Il nous faut convaincre du besoin d’un cours nouveau.

Les socialistes français, pour sauver l’idéal européen, doivent se poser en bloc volontaire pour une alternative nouvelle à ce chaos programmé.

L’élection européenne doit être l’occasion de défendre et de faire vivre cette démarche.

Notre vocation est de rassembler les européens autour d’une adhésion nouvelle à l’Europe fondée sur une identité commune. Elle se fabriquera autour de revendications et de conquêtes importantes pour tous les Européens.

Chaque citoyenne et chaque citoyen, quelque soit son pays, sa classe sociale, et indépendamment de l’Euro, devra pouvoir se dire : “grâce ou avec à l’Europe, ma vie s’améliore au quotidien, désormais, l’Europe j’y tiens et donc j’y adhère“.

Nous défendrons, dans cette campagne à venir, une plate-forme de revendications fédératrices. Dans ce moment démocratique, nous voulons présenter un visage offensif et conquérant, pour redonner confiance et vitalité aux peuples européens.

Le vote utile c’est celui qui validera le projet d’une Europe pour chaque européenne et chaque européen :

Il nous faut donc poser des actes forts, proposer des rmesures concrètes, et de cet ensemble, de cette accumulation de ces marqueurs d’identité, faire naitre une conscience européenne qui se doit de construire une politique sociale comme élément de rééquilibrage de la construction économique et des traités de libre échange.

Il s’agit de mener une campagne de propositions, de mener une campagne pour, et non contre, une campagne offensive et non défensive, une campagne qui crée de l’optimisme, pour sortir, des litanies anxiogènes, catastrophistes, de résistance, de plaintes et de revendications défensives.

Une campagne placée sous le signe du courage pour redonner de l’optimisme au projet européen. Le courage de ne plus avoir l’Europe honteuse. Le courage de proposer des mesures compréhensible et identifiables, aux conséquences immédiates dans la vie quotidienne de chaque européenne et chaque européen.

Nous serons amenés à dévellopper chacune des propositions que nous défendons, en voici le résumé :

– Pour tous les jeunes européens de 18 ans : la dotation universelle ! Salariés indirects des GAFA, nous réclamons une dotation universelle.

– Pour une Europe décarbonée à travers quatre axes : La recherche, la formation, le dévelloppement des énergies renouvelables et des transports propres, les réseaux intelligents.

– Pourun droit inconditionnel à l’avortement pour toutes les femmes Européennes :Alors que le droit à l’avortement est toujours contesté dans de très nombreux pays dans le monde et que nombre de femmes font le choix, chaque jour, de procéder à des avortements clandestins en risquant leur santé, leur fertilité, et parfois leur vie, l’Europe que nous voulons doit être un territoire de droit, protecteur pour toutes.

– Pour Une Europe sans glyphosate et sans Monsanto : L’Union européenne doit être visionnaire et ambitieuse sur ce sujet et demeure aujourd’hui la seule instance qui peut lutter efficacement contre le lobby Monsanto/Bayer. L’Europe doit protéger ses peuples des dérives qui ne servent que les intérêts de quelques grands groupes. Leur influence depuis des années, dans les couloirs des institutions européennes, doit être fermement recadrée.Le glyphosate doit être définitivement interdit.

– Pour une Europe qui lutte vraiment contre l’évasion fiscale : A l’échelle du continent européen, les inégalités sociales, territoriales et environnementales correspondent de fait à un système basé sur la maximisation des profits pour les actionnaires, des écarts de salaires toujours plus importants et le paiement des impôts les plus faibles possible, pour les particuliers comme les entreprises. C’est ce système que les Socialistes doivent attaquer à la racine pour en finir avec le flou entre ce qui est déjà illégal, l’évasion, et ce qui est aujourd’hui autorisé, l’optimisation.

– Pour un programme commun de la gauche Européenne sur les flux migratoires :
Nous proposons d’en faire un objectif : une proposition, conçue en commun et partager par tous. Il nous permettra de peser, de façon unitaire au parlement Européen. Il s’agit d’en faire cause commune, formalisée par une charte signée sur tout le continent, par l’ensemble des candidats de gauche, quelque soit leur obédience, et défendue comme telle dans leurs programmes respectifs.

– Pour une campagne unitaire avec toutes les gauches, Pour un travail commun des gauches au futur parlement européen.Le Parti Socialiste Européen s’est engagé à rompre avec la politique de coalition ou de collaboration ponctuelle avec le PPE. Dont acte. C’est une étape indispensable vers l’alliance des gauches au niveau européen, dès aujourd’hui et dans le futur.Le fait de se présenter sous son propre drapeau ne s’oppose en aucun cas à l’unité dans l’action, au travail parlementaire…Il est encore temps d’ouvrir les listes….Ill est toujours temps de proposer de siéger ensemble, à qui le souhaite, au Parlement. Un autre plan, où nous devons passer à l’offensive, de continuer à nourrir une campagne positive, pour assurer une majorité sociale et écologique aux élections de 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *